L’intervention auprès des personnes ayant subit un traumatisme crânien cérébral

Formation de 5 heures (accrédités par l’OPQ) qui aborde les principes d’intervention auprès des personnes ayant subit un traumatisme crânien cérébral.

$200.00

Catégorie :

Description

Extrait de formation

Descriptif

Cette formation de 5 heures (accréditée par l’Ordre des psychologues du Québec pour des heures de formation continue en psychothérapie no. RA02332-17) aborde les principes d’intervention auprès des personnes ayant subit un traumatisme crânien cérébral.
Le traumatisme craniocérébral (TCC) survient lorsqu’une atteinte cérébrale est causée par un coup porté à la tête ou par la vitesse d’accélération-décélération. Les lésions au cerveau peuvent entraîner une variété importante de séquelles qui varieront en termes d’importance et de persistance dans le temps. Ces séquelles peuvent avoir une incidence majeure sur le fonctionnement de la personne à différents plans (personnel, professionnel, social et familial), ainsi que sur le processus thérapeutique. Puisque les symptômes associés au TCC peuvent être cognitifs (p.ex., fatigue cognitive, difficultés attentionnelles, problèmes amnésiques, difficultés d’organisation et de planification) et psychologiques (p.ex., traits dépressifs, anxiété), cela peut avoir un e incidence majeure sur la compréhension clinique, le suivi psychothérapeutique et sur l’atteinte des objectifs. Pour le professionnel, les risques d’erreur dans la compréhension clinique ou de vivre un sentiment d’incompétence sont bien réels. Pour le client, un sentiment de désespoir ou de culpabilité peut apparaître en raison des objectifs qui ne sont pas réalistes compte tenu de la perte de certaines capacités. En ce sens, l’intervention auprès de personnes ayant subi un TCC doit être adaptée à leurs particularités.

Objectifs

  1. Développer et préciser les connaissances associées au TCC (critères diagnostiques, niveau de sévérité, évolution et séquelles).
  2. Préciser et prioriser des méthodes d’intervention permettant de contourner les séquelles et d’identifier les facteurs contrôlables/modifiables en fonction des séquelles présentées.
  3. Connaître des techniques d’intervention pour soutenir l’accompagnement des proches de personnes TCC.
  4. Connaître les principales ressources sociales et communautaires en fonction du contexte et du délai post-accidentelle.

Pré-requis

Aucun.

Méthodes ou stratégies pédagogiques

L’enseignement magistral sera utilisé.

Attestation

Une attestation de formation continue sera remise aux participants pour le nombre d’heures de la durée de la formation (5 heures).

Formatrice

La formatrice pratique la neuropsychologie clinique depuis son admission à l’Ordre des psychologues du Québec, soit depuis 2005. Ayant toujours entretenu une pratique clinique privée auprès d’enfants et d’adultes vivant avec une ou plusieurs problématiques neuropsychologiques, elle connaît également la réalité du travail dans le réseau public par les expériences dans les milieux scolaire et de réadaptation en déficience physique. Depuis 2006, elle est responsable de charges de cours à l’Université du Québec à Trois-Rivières aux départements de psychologie et de psychoéducation, tant au premier cycle qu’au troisième cycle.

Plus spécifiquement en ce qui concerne le traumatisme craniocérébral, la formatrice a travaillé en réadaptation physique à l’interne et à l’externe pendant 5 ans auprès de personnes ayant subi un TCC récemment. De plus, la pratique privée auprès de cette clientèle (mais 2 ans post-TCC) a également toujours fait partie des services offerts (services d’évaluation et d’intervention). Elle a complété son doctorat sur l’élaboration d’un instrument de mesure de la résilience des personnes ayant subi un traumatisme craniocérébral. Elle supervise une équipe d’intervenants d’une ressource communautaire offrant des services à des personnes vivant avec des séquelles d’un TCC et à leurs proches.

Contenu de formation

  1. Définition du TCC
  2. Critères diagnostiques du TCC selon les niveaux de sévérité
  3. Évolution selon l’âge de survenue du TCC et selon les niveaux de sévérité
  4. Méthodes d’intervention selon les séquelles présentées :
    1. Quoi faire s’il y a…
      Problèmes d’attention
      Problèmes de mémoire
      Problèmes d’impulsivité/irritabilité
      Problèmes de fatigabilité
      Problèmes de jugement
      Problèmes de désinhibition
      Problèmes de rigidité cognitive
      Problèmes d’autoperception
  5. Des ressources pour les personnes vivant avec les séquelles d’un TCC
    1. Médecin et psychiatre
    2. Partenaires : CISSS/CIUSSS, SAQ, CENSST, IVAC, CJ
    3. Associations
    4. Autres : CH, Policiers, Centre de prévention du suicide
  6. Interventions auprès des proches :
    1. Importance de rencontrer les proches
    2. Thèmes à aborder pour faciliter leur compréhension
    3. Et les enfants? Comment leur expliquer?
  7. Quelques moyens d’évaluation pour mesurer l’évolution thérapeutique:
    1. Échelle d’efficacité personnelle
    2. Échelle de bien-être psychologique
    3. Échelle de résilience et d’adaptation psychosociale pour les personnes ayant subi un TCC modéré ou grave

Bibliographie

deGuise, E., LeBlanc, J., Feyz, M., Meyer, K., Duplantie, J., Thomas, H., … Roger, E. (2008). Long-term outcome after severe traumatic brain injury: The McGill interdisciplinary prospective study. The Journal of Head Trauma Rehabilitation, 23(5), 294-303.
Draper, K., Ponsford, J., & Schönberger, M. (2007). Psychosocial and emotional outcomes 10 years following traumatic brain injury. The Journal of Head Trauma Rehabilitation, 22(5), 278-287.
Dumont, C. (2003). L’identification des facteurs qui vont favoriser la participation sociale des adultes présentant des séquelles de traumatisme cranio-cérébral. Québec: Université Laval.
Dumont, M., & Provost, M. A. (1999). Resilience in adolescents: Protective role of social support, coping strategies, self-esteem, and social activities on experience of stress and depression. Journal of youth and adolescence, 28(3), 343-363.
Dunn, D. S., & Dougherty, S. B. (2005). Prospects for a Positive Psychology of Rehabilitation. Rehabilitation Psychology, 50(3), 305-311.
Fleminger, S., Oliver, D. L., Williams, W. H., & Evans, J. (2003). The neuropsychiatry of depression after brain injury. Neuropsychological Rehabilitation, 13(1-2), 65-87.
Gadoury, M. (1999). Cadre de référence clinique pour l’élaboration de programmes de réadaptation pour la clientèle qui a subi un traumatisme cranio-cérébral. Québec : Institut de réadaptation en déficience physique de Québec (IRDPQ).
Hoofien, D., Gilboa, A., Vakil, E., & Donovick, P. J. (2001). Traumatic brain injury (TBI) 10? 20 years later: a comprehensive outcome study of psychiatric symptomatology, cognitive abilities and psychosocial functioning. Brain Injury, 15(3), 189-209.
Institut canadien d’information sur la santé (2007). Améliorer la santé des Canadiens 2007-2008. Ottawa : Institut canadien d’information sur la santé, 72 p.
Jorge, R. E., Robinson, R. G., Moser, D., Tateno, A., Crespo-Facorro, B., & Arndt, S. (2004). Major depression following traumatic brain injury. Archives of General Psychiatry, 61(1), 42-50. Michallet, B., Lefebvre, H., & Chouinard, J. (2013, mai). Résilience et réadaptation en déficience physique : pour un renouvellement des pratiques cliniques et organisationnelles. Communication présentée au congrès annuel de l’Association francophone pour le savoir, Québec.
Richardson, G. E. (2002). The metatheory of resilience and resiliency. Journal Of Clinical Psychology, 58(3), 307-321.
Richardson, G. E. (2011, avril). The Application of the Metatheory of Resilience and Resiliency in Rehabilitation and Medicine. Communication présentée au colloque Résilience: Pour voir autrement l’intervention en réadaptation, Montréal.
Seel, R. T., Kreutzer, J. S., Rosenthal, M., Hammond, F. M., Corrigan, J. D., & Black, K. (2003). Depression after traumatic brain injury: a National Institute on Disability and Rehabilitation Research Model Systems multicenter investigation. Archives of Physical Medicine and Rehabilitation, 84(2), 177-184.
Sohlberg, M. M., & Mateer, C. A. (2001). Cognitive rehabilitation: An integrative neuropsychological approach. New York: Guilford Press.
Wood, R. L., Liossi, C., & Wood, L. (2005). The impact of head injury neurobehavioural sequelae on personal relationships: Preliminary findings. Brain Injury, 19(10), 845-851.

Information complémentaire

Formatrice

Dre Anouchka Hamelin, neuropsychologue

Durée de l'accès à la formation

120 jours à partir de la date d'achat.

Pré-requis

Aucun.

Accréditation

Cette formation d’une durée de 5 heures est accréditée par l'Ordre des psychologues du Québec RA02332-17.

Cahier de formation

En version pdf pouvant être téléchargé et imprimé.

Politique d'annulation

Non-remboursable, non-transférable à une autre personne.

Droits d’auteur

Aucun enregistrement, diffusion ou vente (privée ou public) de cette formation n'est permis. Les contrevenants seront poursuivis en justice.

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Seulement les clients connectés ayant acheté ce produit peuvent laisser un avis.